musique-Fratres

Quand les Fratres renouvellent
l’interprétation des «Stabat Mater»

La prochaine saison des Concerts de Montbenon débute par une soirée consacrée aux trois grands Stabat Mater italiens du XVIIIe siècle, de Vivaldi, Pergolesi et Boccherini, avec le concours prestigieux de deux vocalistes espagnols, la soprano Maria Espada et le contre-ténor Carlos Mena, ainsi que de l’Ensemble romand Fratres. Fratres. Les frères. Une formation pas comme les autres, qui initialement résulte d’un quatuor à cordes classique formé par des élèves de Gábor Takács-Nagy au Conservatoire de Genève, au début de ce siècle. Puis c’est la rencontre de Luc Breton, luthier franco-suisse qui reçut en 2015 le Mérite cantonal vaudois, un musicologue dont la devise pourrait être «à la recherche du son perdu»: il conçoit ses instruments non comme les actuels baroqueux, mais conformément à ce qu’il estime être l’apothéose du violon, au début du XXe siècle, avec des cordes en boyau et une disposition différente de pièces telles que le chevalet, l’âme, etc. Fort de cette pratique non dénuée de philosophie, l’Ensemble Fratres a été fondé en 2010 par le violoniste Nicolas Penel, l’altiste Laurent Galliano et le violoncelliste Mathieu Rouquié. Les Fratres accueillent depuis le violoniste Flavio Losco, Hanspeter Oggier, flûtiste de Pan jouant les Concerti de Vivaldi, le violoniste Maxime Alliot , l’altiste Cyprien Busolini, le contrebassiste Benoit Beratto et Pierre-Louis Rétat aux claviers.

Lausanne, Concerts de Montbenon
Casino de Montbenon Salle Paderewski
vendredi 29 septembre 2017, 20h
Billets: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La totalité des l'articles dans ph+arts no 129
abonnez-vous